samedi 25 février 2017

A-t'on encore le droit de penser librement !

Le hazard a voulu que je doive me farcir toute cette émission ("C'est vous qui le dites") qui m'horripile  méchamment. Le maréchal de service voulait absolument donner raison à cette campagne : "40 jours sans viande" pour un tas de fausses raisons. Une durée qui correspond au… temps du Carême qui recommandait (et peut-être encore aujourd'hui, je n'en sais rien) le jeûne et l'abstinence.
Après le mois de février"minéral sans alcool", je me suis dit : "ça commence à bien faire !"
Et juste avant cela, chacun se devait de prendre de bonnes résolutions dès le début de l'année !

Un danger bien plus grave que celui les pets des bovidés qui menacent de trouer la couche d'ozone menace presque tous le monde : l'addiction à l'ordi ou le portable. Normal, puisque même les télé et les média en sont dépassés. Pourraient-elles encore diffuser une quelconque émission sans faire référence à ….  FaceBook.

On y perd un temps fou pour être gavés de publicités ciblées en fonction de nos recherches sur Google.
On perd un temps fou pour apprendre qu'un "ami" se met sur son "31", qu'un autre est… constipé, ou encore que la connaissance d'un ami boit une bière, là-bas, à Houtsiplou  !  Quelle connerie que tout cela !

En conclusion, j'essaierai de tenir ce mois de mars à proscrire FaceBook de mon écran. Cela ne mangera pas de pain, comme l'on dit !  Et, j'en suis sûr, cela ne me manquera pas !






mercredi 22 février 2017

Nouveau slogan ? Nouvelles Armoiries ?

Il y a plusieurs décennies de cela, mais n'a-t-on inventé le slogan : "Comines, ville d'accueil" pour vanter ses mérites touristiquement méconnus.
Plus tard, lorsqu'il fallut "rebooster" la bienvenue dans notre enclave, on s'exclama par le mot : "Enfin…"  vous êtes arrivés à l'extrémité occidentale de cette lointaine Wallonie.
Aujourd'hui, au vu de la tournure que prennent différents aspects de notre ville, je me suis amusé d'imaginer de toutes nouvelles armoiries, avec, pour devise :

COMINES - WARNETON : VILLE A NOISES


vendredi 17 février 2017

Et l'histoire se répète...

Le dessin que  mon orateur-tribun préféré Jean Luc nous montre, provient de l'imagination du caricaturiste Caran d'Ache paru en 1898 dans un journal éphémère titré... Psst !
Au bas de la page, une légende commente :

A U    C H A T E A U    D E    J A U R È S
  • Les MISEREUX :  - "C'est nous, les ouvriers verriers sans ouvrage"
  • Le MAJORDOME : - "Eh bien, pour vous occuper, vous allez chasser les grenouilles qui empêchent  Sa GRANDILOQUENCE de dormir. "

Nous étions en pleine période de l'affaire Dreyfus... et de cette letrre "J'accuse" de Zola !

Certes, au cours de cette actuelle campagne 2017, il a été reproché à Mélenchon... "de faire du Zola".
Du tac au tac, sa réponse fusa : "C'est la vie qui a fait Zola !"


mardi 14 février 2017

Ca n'est plus du… communautaire ! ...

A chanter sur l'air de  "Quand un vicomte…" de Georges Brassens…

Quand l' président
Rencontre l'autr' président
Qu'est-ce qu'ils inventent
Des nouveaux dividendes ! 


vendredi 10 février 2017

Vive la France et son armement !

Bien trop incrédule par rapport aux sondages, je préfère faire ma petite idée quant aux chances des candidats français se présentant à l'élection de la présidence de la république. J'avoue m'amuser énormément à lire et écouter les uns et les autres pour se positionner en possible gagnant à l'issue du premier tour ou critiquer à-tout-va les programmes concurrents.
D'autre part, les débats entre soi-disant spécialistes politologues et les articles de presse si peu tendancieux me procurent un double plaisir  : celui de voir la flagrante promotion pour l'un; et le rejet subjectif pour l'un autre, quand ce n'est pas l'énorme mutisme à l'égard d'un troisième.

Enfin, grâce à mon petit crayon, j'éprouve encore du  plaisir à  dessiner les impressions que me laisse cette  abominable mais palpitante campagne.

Ajouter une légende


lundi 6 février 2017

Il y a François, François, François, et… encore François

En écoutant, attentivement le candidat Fillon faisant face, lors d'une grosse conférence de presse, à une soi-disante "justice médiatique", je m'amusais à croquer cette exceptionnelle situation fomentée pour rééditer le choix du 2e tour, lors des élections présidentielles du 21 avril 2002, à l'avantage d'un homme en "on".  Pour être précis, je devrais écrire : un homme de "gôôche" !  Tant pis, c'est dit. Mais les médias ne semblent pas l'avoir compris !

Fillon tenterait bien de relever la France, mais qui l'en empêche ? 



samedi 4 février 2017

Tant pis si vous ne comprenez pas !

Notre Maître à tous, enfin, ceux qui aiment la caricature, Frédéric duBus, vient du réaliser un bon dessin pour aider la compréhension de ma note précédente, celle où j'attire l'attention que… nous sommes en plein dedans.
Vous le constaterez, aucune bonnes notions de logique mathématique ne sont nécessaires pour "piger" le message, mais l'actualité du moment pour peu que vous la suiviez en dehors de "la une", me saute aux yeux au travers de ce dessin !  
Maintenant, je me refuse de vous expliquer une nouvelle fois !

mardi 31 janvier 2017

- "On est en plein dedans ! "

Mon fraternel, Pierre, de Dico-Collection m'envoie en raisonnement mathématique fiscal que je m'efforce de comprendre. Le voici, pour le partager avec vous, chers concitoyens contribuables qui pensez être corvéables à merci. 
Crésus recevant le tribut d'un paysan. Claude Vignon, 1629. Musée des Beaux-Arts de Tours.

Prenez 5 mn, c'est drôle, et juste !

Le principe des impôts semble pouvoir s'expliquer par une logique assez simple.
Mais beaucoup pourtant, ne le saisissent pas toujours … 
Comme c'est la saison des taxes, laissez-moi vous l'expliquer en termes simples que tout le monde peut comprendre.
Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l'addition totale se monte à 100 euro.
(On reste dans le simple : cela ferait 10 euro par personne !)
Mais nos 10 amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s'inspire du calcul de l'impôt sur le revenu !
Ce qui donna ceci :
Les 4 premiers (les 4 plus pauvres !), ne paient RIEN. Le 5ème paye 1 euro
> Le 6ème paye 3 euro
> Le 7ème paye 7 euro
> Le 8ème paye 12 euro
> Le 9ème paye 18 euro
> Le dernier (le plus riche !) paye 59 euro.
Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour à boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement.
Jusqu'au jour où le tenancier décida de leur faire une remise de fidélité !
« Comme vous êtes de bons clients, j'ai décidé de vous faire une remise de 20 euro sur la facture totale .....vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euro ! »
Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu'ils auraient payé leurs taxes. Les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement.
Mais comment les 6 autres, (les clients payants) allaient-ils diviser les 20 euro de remise de façon équitable ???
Ils réalisèrent que 20 euro divisé par 6 faisaient 3,33 euro. Mais, s'ils soustrayaient cette somme de leur partage, alors le 5ème et 6ème homme , devraient être payés pour boire leur bière !!!
Le tenancier du bar suggéra qu'il serait plus équitable de réduire l'addition de chacun d'un pourcentage du même ordre.
Il fit donc les calculs ... ce qui donna ceci :
> · Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne payeront plus rien. (un pauvre de plus !)
> · Le 6ème payera 2 euro au lieu de 3(33% réduction)
> · Le 7ème payera 5 euro au lieu de 7(28% de réduction)
> · Le 8ème payera 9 euro au lieu de 12(25% de réduction)
> · Le 9ème payera 14 euro au lieu de 18 (22% de réduction)
> · Le 10ème payera 50 euros au lieu de 59 euro (16% de réduction)
Chacun des six « payants » paya moins qu'avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement!!!
Mais ...une fois hors du bar, chacun compara son économie :
« J'ai eu seulement 1 euro sur les 20 euro de remise ! » , dit le 6ème et, en désignant du doigt le 10ème il ajouta : « Lui, il en a eu 9 !!! »
« Ouais ! dit le 5ème, j'ai seulement eu 1 euro d'économie moi aussi ... »
« C'est vrai ! » s'exclama le 7ème « pourquoi le 10ème aurait-il 9 euro d'économie alors que je n'en ai eu que deux ? ... c’est anormal que ce soit le plus riche qui bénéficie de la plus importante réduction ! »
« Attendez une minute » cria le 1er homme, « nous 4 n'avons rien eu du tout ... donc, ce système exploite les pauvres !!! »
Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l'insultèrent ... et le lendemain notre 10ème homme, (le plus riche !) ne vint pas boire sa bière !
Aussi, les 9 autres s'assirent et burent leur bière sans lui. Mais quand vint le moment de payer leur note, ils découvrirent quelque chose d'important :
Ils n'avaient pas assez d'argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l'addition !
Et cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système d'imposition.
Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d'une réduction d’impôts, mais ceux qui ne paient pas d'impôt s'estiment lésés !
Taxez les plus forts, accusez-les d'être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais ...et d'aller boire leur bière à l'étranger !!! 

Moralité : Pour ceux qui ont compris ...aucune explication n'est nécessaire !!!
                 Pour ceux qui n'ont pas compris ...aucune explication n'est possible ! 

                                                                Signé : David R. Kamerschen, professeur d'économie.

dimanche 29 janvier 2017

Que serait-on sans nos blogs ?

Jusqu'au 31 janvier, il n'est jamais trop tard pour adresser des voeux de Nouvel'An.
Depuis une dizaine d'années maintenant, si pas plus, un groupe bien sympathique et toujours bienvenu de correspondants de presse, de photographes-blogueurs, de passionnés de la toile numérique  s'affairent inlassablement à faire briller tout ce qui se passe dans notre petite enclave et de relater les petits potins concernant le monde associatif, patriotique, politique, sportif, musical, scolaire, culturel,… que sais-je encore !  Bref, ils proposent de la bonne info pour qui veut "se tenir au courant de ce qui se passe".
N'est-il pas temps de reconnaître tout le bénéfice que la ville, les clubs, les citoyens en retirent quotidiennement par le biais des photos, des textes, des annonces, des notes qui paraissent régulièrement sur les blogs ?
Cette réflexion…  j'ai voulu la dessiner !


vendredi 27 janvier 2017

Une déclamation oubliée encore vraie… pour autant que….

Un enfant, au bout d'une route,
Trouva tout à coup deux chemins.
Il s'arrêta, rempli de doute,
Roulant son chapeau dans ses mains.

Fallait-il prendre à gauche, à droite,
Ou bien rester là jusqu'au soir ?
Sur un arbre, une planche étroite
Portait une inscription en noir.

Mais l'enfant ne savait pas lire,
Il eut beau se gratter le nez,
La planchette ne put lui dire :
«C'est par ici, petit, venez !»

Par bonheur, une paysanne
Vint et le tira d'embarras;
Elle lui dit : «Suis bien mon âne,
Et jamais tu ne te perdras !»

Le jeune enfant baissa la tête,
Et contre lui-même, il boudait,
D'être conduit par une bête,
Et d'être plus sot qu'un baudet.

Si tu veux connaître ta route,
Mon petit, quand tu seras grand,
Instruis-toi bien, car il en coûte,
De passer pour un ignorant.