jeudi 22 septembre 2016

Un habitant pour 4 cochons !

Les citoyens de la ville de Comines-Warneton, qui  "jouissent" depuis 1988, d'un exceptionnel et indiscutablement inutile statut spécial, tant décrié par le groupe d'Action au pouvoir,  crient haut et fort encore plus aujourd'hui qu'hier, qu'ils étouffent par les polutions en tout genre que provoquent les usines à porcs et poulets.
Si on a beau dire que dans le cochon, tout est bon, les citoyens d'ichi savent bien que, élevé par milliers dans de nombreuses batteries,  les conséquences environnementales sont catastrophiques, voire mortifères.
Ouais !...Pour lutter contre les insomnies tenaces, on compte les moutons.
A Comines-Warneton, on compte les cochons mais…  hélas, il est impossible de s'endormir : ils sont tellement nombreux !  Rendez-vous compte en regardant ce dessin pour encourager le comité !




mardi 20 septembre 2016

Sortez les masques à gaz !...

A bas les préjugés !  Il en est un qui naissait en moi, lorsque des occasions se présentaient  pour assister à l'une ou l'autre cérémonies patriotiques organisées dans ma ville.
Mon père, parti bien trop vite (j'avais 8 ans) avait de la fierté pour son "diplôme" d'Ancien Combattant de 40-45, sans jamais avoir eu l'envie ostentatoire d'accrocher la médaille à acquérir à ses frais.
Plus tard, mon beau-père, un ancien prisonnier de guerre se faisait un devoir d'aller porter le drapeau des  Invalides de Guerre) tout partout, là, où allait retentir la Brabançonne. C'était sa mission, sans compensation.
Aujourd'hui, je ai fait la rencontre non pas de l'Adjudant-Chet et Maître de Cérémonie pour les dépôts de gerbes mais d'un citoyen motivé, avec d'autres, à prendre la défense de tout un travail accompli sans relâche pour rendre notre ville toujours plus attractive,  de jour en jour. La Mémoire, le Tourisme, la Nature, l'Associatif : tout est en péril, si l'on n'en prend pas garde !

De ce dessin, représentant l'ami François intimant l'ordre de "Fermez…, je vous laisse supposer ce qu'il faut stopper !

 

dimanche 18 septembre 2016

Au parfum d' Eau de Lisier !

Comines-Warneton, notre ville wallonne et hennuyère a déjà beaucoup trop donné !
Attention  au risque de nous imposer 100.000 bêtes pour 18.000 habitants !
L'invitation à signer la pétition proposée par le Comité "Stop aux usines à cochons ou poulets" m'a suggéré d'aller fouiller dans mes précieuses petites archives à croquis !
J'en ai retrouvé une parue en son temps dans le journal Nord Eclair ! La voici, ci-dessous !
Avec le commentaire que j'ai ajouté en 2011, sur mon tout premier blog du Rétro-Viseur.
http://mdw.blogspirit.com/archive/2011/05/04/au-parfum-de-lisier.html


1er déc. 1995
En scène, quatre conseillers provinciaux du Hainaut Occidental : à savoir Lucie Bailly (Ecolo), André Gobeyn (PRL), Gilbert Deleu (Action) et Bernard Delarue (PSC et ancien Bizétois). La ville de Comines-Warneton était, à ce moment-là, en proie à de grosses discussions concernant des permis de construction, d'extension ou d'exploitation pour l'élevage intensif de porcs ou de poulets. Tout le monde était "contre"... sauf que la Députation Permanente du Hainaut a quand même donné son accord à l'un des projets.

T

 

vendredi 16 septembre 2016

S'il pleut…ça ne sera pas de sa faute !

C.V.O.  !  Toute la ville s'apprête à ouvrir ses portes, d'un patelin à l'autre, et plus spécialement dans un quartier en tête de l'art. Une fois tous les deux ans, il y aura donc de quoi flâner, visiter, déguster et donc,  de passer agréablement son temps. Tout a donc été minutieusement préparé et présenter à l'aide d'un de luxueux et très certainement couteux prospectus à la clef. Mais,  un impondérable subsiste : la météo qui décidera grandement de la réussite ou non de ce week-end.
A ce propos, j'aurais presque envie d'aller "glisser la pièce" à mon ami Michel pour qu'il fasse de sorte que ses précieuses prévisions météorologiques nous soient favorables.  C'est vrai non ? : plutôt que d'aller porter des oeufs à Ste-Claire, allons remplir le tronc au calvaire du Gheer !
Trève de plaisanterie, vous ne connaissez pas notre prévisioniste du temps local ? (http://legheer.be/meteo3/forecast.php)
J'avoue consulter sa page tous les jours ! Et je m'y fie.
Un petit dessin pour l'en remercier….




mardi 13 septembre 2016

Pourquoi cinq ?

En effet, pourquoi cinq boules exposées sur sa photo de couverture ?
Une par lettre pour toutes celles que composent le sigle de ce vieux comité qui s'était donné pour raison d'être d'aménager et défendre l'environnement du canton de Comines ?
Ou bien, est-ce un galet  réservé pour les cinq lettres du mot "basta" ?
En poussant ma réflexion plus loin, je me demande si le fruit du tilleul ne contient pas cinq baies ?… ou parfois deux ? Je ne sais pas !  Quant à un certain frêne, j'ai tenté d'en compter les branches, mais elles sont tellement crochues que j'ai abandonné.
Why 5 ?   Pourquoi 5, en français ?  
- "Joël,… alllez,   dis-nous tout !"

dimanche 11 septembre 2016

Respire…. tousse…..encore…….

Le grand soleil nous gratifie de sa réconfortante chaleur, en cette fin d'été. Ce n'est donc pas une météo propice à affaiblir les bronchiteux ou les frileux. Mais attention quand même car un mouvement dans l'air s'installe ou s'est installé pour en menacer sa qualité.
Faut pas être toubib pour savoir que… "l'épithélium olfactif est une muqueuse de la cavité nasale dont la fonction principale est la détection des molécules odorantes véhiculées par le milieu environnant l'individu (l'air ou l'eau)."  (C'est du copié-collé de wikipédia)
Au sein du Conseil Communal, deux de nos représentants ayant prêté serment à Hippocrate veille : l'un, avec la santé dans ses attributions, l'autre avec l'opposition dans ses interventions. C'est cela, "la démocratie", comme l'on dit.
Après les fêtes du moulin qui porte bien son nom, il a rendez-vous dans son cabinet.




vendredi 9 septembre 2016

22 ans séparent ces deux dessins !

Je l'aime bien, mon ancien voisin !  Il y a très longtemps, lorsque je tondais la pelouse de mon jardinet en façade, lui, il arrivait souvent pour peaufiner le sien en même temps. Faut dire qu'à l'époque, il était inutile d'organiser une "fête des voisins", pour avoir de quoi commérer et de "discuter le bout de gras" !
Nous avions toujours des sujets de conversations aussi éclectiques que politiques : de la ducasse à la fanfare en passant par le potager, la poste ou… l'opposition !

 Au lendemain des élections communales de 1994, je me suis amusé à croquer mon voisin dans un dessin qui évoquait l'absence d'échevins ploegsteertois ou warnetonnois au sein du Collège ! "Tout pour Comines !" pensait-on, dépités que nous étions.

Aujourd'hui, j'ai à nouveau pris plaisir à le caricaturer sans m'inspirer du 1er dessin. Et… surprise !… les lignes principales, celles qui assurent la ressemblance, sont presque identiques. Des cheveux qui se sont raréfiés, des rides qui ont buriné le visage…   Voilà l'ami Roland, lui aussi président du sacré….


  



mercredi 7 septembre 2016

Avec tous mes respects, Monsieur le président !

Chacun à leur manière porte fièrement le titre qui leur a été attribué par les camarades ou… les citoyens.
Bien sûr, leurs obédiences ne sont nullement comparables, et, heureusement, personne n'a l'intention de piétiner le secteur de l'autre. Si leur idéal politique serait identitique, leurs objectifs personnels ne le sont probablement point.
Pour paraphraser la fameuse locution Hollandaise "Moi, Président, je….", j'ai choisi une autre légende qui ressemble mais que je vous laisse poursuivre !...
Pour le camarrade Alain qui est bien de chez nous, je veux simplement lui faire un clin d'oeil amical en le parant de son réflex à pixels et d'un T-shirt orné du "Mardasson" .  Oui, le Mardasson !   Ce n'est pas le logo de Caterpillar !




dimanche 4 septembre 2016

De Carmen à Didier...

Gros week-end chargé pour notre échevin Didier qui s'est démené (avec son corps, son âme, son écharpe et sa baguette) pour honorer de sa présence et/ou pour mettre la main à la pâte au cours des nombreuses activités programmées dans l'enclave.
Comme il apprécie les citations, et pour le caractériser tel que je le connais, je me permets de copier-coller quelques vers de  Nicolas Boileau  (1636 - 1711)
Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.


mercredi 31 août 2016

Pour en voir de toutes les couleurs !

Pour exposer ses oeuvres en public, en solo lors d'une exposition momentanée, je l'avoue : il faut un certain cran car de nombreuses questions viennent à l'esprit de l'exposant.  J'en ai fait l'expérience, c'est la raison pour laquelle je souhaite en parler, si vous le voulez bien.
D'abord, le public sera-t-il intéressé par les dessins ou les toiles proposés aux regards ?  Va-t-il apprécier ? Ou bien viendra-t-il en simple curieux pour sortir en se disant : "bof, j'peux en faire autant" !  Certains visiteurs oseront s'attarder longuement devant certaines oeuvres en chaussant leurs bonnes lunettes : qu'en pensent-ils  de ces toiles ?  Comprennent-ils le message transmis par le peintre ? S'imaginent-ils la difficulté pour obtenir tel ou tel effet ? Vont-ils sincèrement complimenter l'artiste ?
Oui, il en faut de l'audace !
Plus encore quand la passion s'amplifie à un point tel que de vouloir créer un club associatif rassemblant de mordus du chevalet, disposés à opérer "en live", en présence d'un public soit intéressé ou béotien.
Ce peintre, vous l'avez deviné, a atteint son objectif. Il faut l'en féliciter. Comment ?  Une visite ce week-end à "La Palette" à Ploegsteert !